Combler les écarts de compétences au sein des petites et moyennes entreprises au Québec : une analyse empirique critique

Wendy Cukier, Tania Saba, Simon Blanchette, Jean Frantz Ricardeau Registre, Betina Borova, James Walton et Christine Faulkner-Goyette (2022). Diversity Institute, Future Skills Centre et  Chaire BMO en diversité et gouvernance, 78 pages

Bridging the Skills Gaps Within SMEs in Quebec

Résumé

Les petites et moyennes entreprises (PME) constituent l’épine dorsale de l’économie du Québec et du Canada. Cependant, les entreprises québécoises et canadiennes déplorent depuis longtemps la pénurie de main-d’œuvre et de compétences et le manque d’accès à des travailleurs qualifiés comme étant l’un des problèmes les plus critiques ayant un impact sur leur compétitivité et leur capacité de croissance. 

Au cours des dernières années, les entreprises ont été confrontées à des défis majeurs, notamment en ce qui a trait aux transformations technologiques, économiques et environnementales, ainsi qu’à la pandémie de COVID-19. Ces défis ont eu, ou auront, un impact substantiel sur les systèmes organisationnels, l’organisation du travail et les besoins en compétences. Des facteurs de niveau macro tels que les innovations technologiques, les changements dans la division mondiale du travail, les changements dans l’organisation des entreprises, les mutations démographiques et les changements dans les modes de consommation, entre autres, redéfinissent le marché du travail et créent de nouveaux défis pour les entreprises (OCDE, 2017). Ces défis et l’évolution des tendances ont créé le besoin compétences nouvelles ou différentes dans toutes les organisations. 

L’impact de ces grandes tendances est déjà ressenti par les entreprises du Québec. L’objectif fondamental de ce projet est de comprendre les lacunes et les besoins en compétences au sein des entreprises québécoises, en particulier des petites et moyennes entreprises (PME). Nous évaluons le niveau de préparation des PME québécoises pour les années postpandémiques en examinant leurs stratégies de transformation, leurs priorités en matière de compétences, leurs plans de formation et leur volonté de faire appel à une main-d’œuvre plus diversifiée. 

Le présent document, ses conclusions et ses recommandations sont fondés sur une analyse des 331 représentants des employeurs du Québec qui ont répondu à l’enquête. Parmi les entreprises interrogées, 33 % comptent moins de 10 employés (microentreprises), 42 % comptent de10 à 100 employés (petites entreprises), 15 % comptent de 100 à 500 employés (moyennes entreprises) et 10 % comptent 500 employés ou plus (grandes entreprises). Les entreprises interrogées opèrent dans divers secteurs, notamment l’industrie manufacturière (16 %), les services professionnels, scientifiques et techniques (12 %) et le commerce de détail (9 %).

Lire la suite du rapport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *